Réforme des retraites : qui perd, qui gagne ? #cdanslair 24.01.2020

0
44



Elle arrive au Conseil des ministres. La réforme des retraites, qui a pour objectif de refonder les 42 régimes actuels en un seul système universel à points, est examinée ce vendredi 24 janvier. Une réforme qui reste toujours aussi impopulaire : au début de l’année 2019, une enquête révélait que 2/3 des Français étaient favorables. Un an plus tard, après des mois de contestation et une grève record, ils sont 61% à considérer qu’Emmanuel Macron devrait la retirer (sondage Elabe pour BFMTV). Une journée de mobilisation est au programme de ce vendredi avec une grève dans les transports et des manifestations partout en France.
L’un des acteurs clés de ce bras de fer, c’est la CFDT de Laurent Berger. Le seul syndicat réformiste qui travaille de pair avec le gouvernement depuis que ce dernier a décidé de retirer temporairement l’âge pivot du projet de loi. Le Premier ministre Édouard Philippe a laissé le soin aux partenaires sociaux de trouver une solution de financement alternative pour assurer l’équilibre des caisses de retraite à l’horizon 2027.
La CFDT est depuis devenue la bête noire des autres syndicats qui, eux, demandent le “retrait” de ce projet jugé “totalement flou” et qui aurait pour conséquence de “faire travailler plus longtemps et de baisser les pensions”, explique l’intersyndicale CGT-FO-FSU-CGC-Solidaires. L’intrusion de membres de la CGT au siège de la CFDT, vendredi dernier, est le symbole de cette opposition marquée entre les syndicats. “C’était une intrusion violente. Ils étaient une trentaine. Un salarié a été plaqué au sol, il y a eu des insultes”, a expliqué la CFDT après avoir indiqué porter plainte.
Une opération coup de poing loin d’être isolée depuis le début du mouvement, en décembre dernier, avec une radicalisation des formes d’action. Pour preuve, la présence de plusieurs opposants à la réforme devant le Théâtre des Bouffes du Nord, le 17 janvier à Paris, où le président passait la soirée. Ce dernier a dû quitter les lieux sous escorte policière alors que les manifestants tentaient d’entrer dans le théâtre avant d’être repoussés par les forces de l’ordre. Au cours du vol le ramenant de Tel-Aviv vers Paris, dans la soirée du jeudi 23 janvier, Emmanuel Macron a dénoncé “les discours politiques extraordinairement coupables” qui justifient la violence en France, a rapporté Le Monde.
Un climat tendu sur le terrain et au sein du gouvernement alors que le projet de loi doit être débattu dès le 3 février au Parlement pour une adoption définitive avant la trêve estivale.
Le gouvernement est-il en passe de remporter la bataille ? La mobilisation peut-elle continuer malgré ce contexte de division syndicale ? Ces opérations radicales sont-elles le symbole d’un besoin de renouveau dans la mobilisation ?
 
Invités :
• Cécile Cornudet, éditorialiste pour Les Échos.
• Mathieu Plane, économiste de l’OFCE.
• François Ecaille, ancien rapporteur général de la Cour des comptes, président de Fipeco.
 • Aurore Gorius, journaliste pour le site d’information Lesjours.fr. 

Retrouvez-nous sur :
| Notre site :
| Facebook :
| Twitter :
Pas un événement important qui ne soit évoqué, expliqué et analysé dans C dans l’air.
Tout au long de la semaine, les deux journalistes donnent les clés pour comprendre dans sa globalité un événement ou un sujet de première importance, en permettant aux téléspectateurs d’intervenir dans le débat ou de poser des questions par SMS ou Internet. Caroline Roux est aux commandes de l’émission du lundi au jeudi et Axel de Tarlé prend le relais le vendredi et le samedi.
Diffusion : tous les jours de la semaine à 17 h 45
Rediffusion : tous les jours de la semaine à 22 h 30
Format : 65 minutes
Présentation : Caroline Roux et Axel de Tarlé
Réalisation : Pascal Hendrick, Jean-François Verzele et Jacques Wehrlin
Production : France Télévisions/Maximal Productions

Nguồn: https://quydinh.com

Xem thêm bài viết khác: https://quydinh.com/giai-tri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here